Mais que se passe-t-il au Venezuela ?

les bidonvilles de Caracas

MAIS QUE SE PASSE-T-IL AU VENEZUELA ?

Moi, quand je m’imaginais le Venezuela, les premières images qui me venaient en tête
c’étaient Chavez, les gagnantes de Miss Univers et c’est à peu près tout…

On n’entend pas beaucoup parler du Venezuela depuis la France. Même en voyageant,
on rencontre peu de Vénézuéliens à travers le monde au final. Mais pourquoi ?

Le Venezuela avant mon départ

J’ai vécu un an en Argentine avec le PVT et j’ai eu la chance de me faire des amis vénézuéliens là-bas. On a passé de longues heures à parler de tout, de leur pays, de leurs rêves et de leurs problèmes. J’ai pu créer des amitiés fortes avec ces personnes-là et j’ai fini par voyager au Venezuela et parcourir le pays de long en large; voilà pourquoi j’écris cet article sur cet étonnant pays, parce que ce que j’ai entendu et vu m’a surprise et m’a indigné.

Tous mes amis vénézuéliens qui vivaient en Argentine avaient migré pour avoir un travail correct. Ils ne sont pas partis parce qu’ils avaient envie de vivre à l’étranger. Ils rêvent de pouvoir retourner au Venezuela. Pour eux, c’est le plus beau pays au monde…

Designers, ingénieurs, chefs cuisinier, artistes, responsables RH, etc… Ils sont tous partis de leur pays pour avoir une chance de faire le métier qu’ils avaient choisi et pour gagner décemment leur vie. Ils ont tous quitté leur pays par dépit !

Première surprise pour moi !!

Et cerise sur le gâteau, Maduro, le président actuel du Venezuela, a annoncé publiquement au mois de mai dernier que ceux qui décidaient de partir pour vivre à l’étranger ne pouvaient plus revenir chez eux. Il a proclamé que le pays faisait face à une période de guerre économique et que les habitants qui décidaient de fuir devaient en assumer les conséquences… Bonne ambiance !

Ah bon ?!? Mais que se passe-t-il au Venezuela ?

Je suis donc partie au Venezuela avec mon sac à dos en décembre 2013.

J’ai découvert un pays formidable, rencontré des personnes extrêmement généreuses et joyeuses et vu des paysages époustouflants. Mais j’ai été aussi témoin de pas mal de choses bancales et d’incohérences qui m’ont choqué…

Je vais donc vous parler de ce que j’ai vu de mes propres yeux, de la situation concrète là-bas et du quotidien des Vénézuéliens aujourd’hui.

Le Venezuela est aujourd’hui un Pays en Crise

Vous avez dû en entendre un peu parler dans les journaux l’an dernier. Il y a eu des manifestations meurtrières au Venezuela mais l’info a du mal a circuler tout simplement parce que le gouvernement fait usage de la censure. Censure des médias, pas de transmission tv ou radio pendant les soulèvements, certains sites internet bloqués, etc… Le seul moyen de diffuser l’information à l’intérieur et à l’extérieur du pays se faisait grâce aux réseaux sociaux! Facebook et Twitter, je vous aime !

En bref, voilà ce qui se passe au Venezuela depuis quelques années :

  • La population commence à crever la dalle parce qu’il y a rien dans les supermarchés. Ce n’est pas une blague, les étales sont vides ! Pas de farine, pas de papier toilette, pas de beurre et plus de savon ! J’ai eu un gros rhume quand j’y étais et je vous avoue que j’ai pas eu le choix, je me suis mouchée dans ma manche une fois… Pas facile quand il n’y a pas de mouchoirs dans les magasins !
les supermachés sont vides au Venezuela
Crédit Photo @peru21.pe
  • Pourquoi il y a rien à acheter dans les magasins ? Très bonne question ! Je ne suis pas la mieux placée pour répondre, et surtout je ne veux pas rentrer dans un discours politico-économique, je veux juste raconter ce que j’ai vu ! Mais, d’après ce que j’ai compris, l’état contrôle tout, notamment le cours de la monnaie, ce qui mène à une inflation improbable. Les prix ont flambé, et ça n’a rien à voir avec ce qu’on connaît en France en ce moment… Un marché parallèle a vu le jour et tous les Vénézuéliens cherchent à acheter des dollars. L’état impose le taux du dollar parce que la monnaie locale, le bolivar, n’a plus de valeur. Et pour rendre les choses plus compliquées, ils fixent 3 taux de change différents: un pour les aliments et les médicaments, un pour l’achat de produits électroniques et les voyages et un dernier pour les bureaux de change. Bref, c’est un gros cafouillage… Dans la rue on peut échanger 1 dollar contre 190 bolivares. Par exemple, un menu MacDo coûte 480 bolivares en ce moment au Venezuela, soit $40 au taux de change officiel, ou bien $2.82 si on échange ses dollars sur le marché parallèle. Ca fait un sacrée différence… Je ne suis pas vraiment une adepte du MacDo, mais c’est un bon moyen de comparer la richesse du pays vu que c’est les mêmes menus partout dans le monde. Mais quoi ?? $40 pour un BigMac ??? Dans un pays d’Amérique du Sud ??? Il y a vraiment quelque chose qui cloche là !!! Sans parler du prix des billets d’avion pour ceux qui veulent s’expatrier à la recherche d’une vie plus simple à l’étranger. Un aller-retour Caracas-Buenos Aires revient à $12 900 aujourd’hui au taux officiel… C’est comme ça que le Venezuela se retrouve à être le 3ème pays où le coût de la vie est le plus élevé, derrière la Suisse et la Norvège, alors que c’est l’un des pays les plus pauvres au monde. Un grand n’importe quoi !
l'inflation au Venezuela
le coût de la vie au Venezuela
  • Le pays est corrompu jusqu’à la moelle. Par exemple, une fois sur place, je devais acheter un billet d’avion, mais c’était impossible ! J’ai essayé avec toutes les compagnies aériennes, tous les vols étaient complets ! Très étrange… J’en ai parlé à un ami qui a appelé un ami d’un ami (bref, vous connaissez ce genre d’histoires). On s’est rendue le lendemain à l’aéroport avec une bouteille de rhum et une bouteille de lait (ah oui, parce qu’il y a une pénurie de lait aussi !). Et BOUM ! Magie ! J’ai pu acheter un billet d’avion. J’ai vraiment halluciné…
  • C’est compliqué au quotidien pour les vénézuéliens, par contre l’état finance la construction d’hôpitaux en Bolivie ou bien envoie une flotte de taxi en République Dominicaine… Mais avec quel argent au juste et quels sont les intérêts pour le Venezuela derrière tout ça ???
  • C’est un pays très riche car c’est l’un des premiers producteurs de pétrole au monde. C’est quand même paradoxal : le pays est assis sur un tas d’or (ses réserves prouvées de pétrole brut sont les plus vastes au monde), mais son économie va mal, très mal… Le plein d’essence ne coûte même pas 4 centimes… Ce qui mène fatalement au commerce parallèle, quand débrouille et corruption font partie de la norme du pays ! Les brésiliens et colombiens viennent se fournir en pétrole au Venezuela. Du coup, l’essence est rationnée maintenant à cause de ce marché parallèle. Donc aujourd’hui tu dois faire la queue pendant des heures pour faire le plein d’essence. De toute façon au Venezuela tu dois faire la queue pour tout… Une fois mes potes se sont levés a 5h du mat pour aller faire le plein de la voiture, ils sont revenus a 12h30… J’ai eu de la peine pour eux !
Faire la queue au Venezuela
Crédit Photo @ideasdebabel.com
  • La violence est omni-présente et le taux de mortalité est hyper élevé. 80% des morts ont lieu suite à un accident de la route ou bien à un homicide… Tous mes potes sans exception se sont fait voler, tabasser etc… Ils ont tous un membre de leur famille décédé, un frère, un père… La mort fait malheureusement partie du quotidien et n’est pas un sujet tabou. Ils ont tous un passé et une histoire familiale troublante. J’ai une pote qui me racontait par exemple que son cousin avait été tué lors d’un accident de la route et que pendant un mois sa famille ne savait pas ce qui s’était passé ou si il était encore en vie. Son corps s’était fait dépouillé après l’accident et il était devenu impossible de l’identifier… Vous imaginez un peu ? Un autre exemple, il y a quelques mois, il y a eu un accident de la route et un camion de bétail s’est renversé en écrasant une partie des vaches qu’il contenait. Que s’est-il passé ? Les villageois on découpés les vaches encore vivantes, parce qu’ils ont la dalle, tout simplement ! C’est intolérable !!!

Des Manifestations Meurtrières

Ce climat de récession sévère a conduit les étudiants dans la rue en début d’année 2014. Ils sont sortis pour protester pacifiquement et faire entendre leur voix. Et bien ils se sont fait tabasser par les partisans du gouvernement au pouvoir et même par les forces de police. Ca a été un véritable carnage! Une trentaine de personnes se sont fait tuées pendant les manifestations, environ 400 personnes ont été blessées, sans parler des centaines d’arrestations et de ceux qui se sont retrouvés en prison. Et tout ça parce qu’ils manifestaient… La liberté de parole et de mouvement est quand même un droit fondamental dans un pays dit démocratique, non ???

les manifestations au Venezuela
Crédit Photo @rtve.es
crise au Venezuela
Crédit Photo @el-nacional.com
les manifestations étudiantes au Venezuela en 2014
Crédit Photo @planv.com.ec

Amnesty International rapporte avoir reçu des informations concernant l’utilisation de fusils et de gaz lacrymogènes sans avertissement directement contre les manifestants. Selon eux, "de telles pratiques violent les droits internationaux" . Pendant les manifestations, les forces de police ont tellement fait usage des bombes lacrymo que les résidents étaient obligés de porter des masques à gaz chez eux… 

En plus de réprimer la population qui souhaite exprimer son désaccord, le gouvernement pratique une jolie censure. Par exemple, le quotidien Ultimas Noticias, le plus gros tirage de la presse nationale, a été racheté pendant ces manifestations. Le personnel n’a même pas été informé de l’identité du nouveau propriétaire… Et le président continue d’affirmer que tout va bien au Venezuela. D’ailleurs, en pleine crise, il a décidé d’imposer un jour férié pour Carnaval. Comme si c’était le moment pour danser… Les gens veulent juste pouvoir vivre normalement
et s’exprimer sans crainte !

Je dois avouer que ce qui se passe depuis l’an dernier au Venezuela m’affecte beaucoup. Je fais en sorte d’écrire ce billet avec le plus d’objectivité possible, mais c’est difficile quand mes amis étaient eux-mêmes dans la rue parmi les manifestants. D’ailleurs, depuis 2014, certains de mes amis vénézueliens sont partis vivre en Argentine !

Et moi qui trouvais l’idée du communisme révolutionnaire de Chavez plutôt sympa…

En pratique, ce système ne fonctionne pas du tout! Le pouvoir est entre les mains de quelques personnes qui prônent le partage des richesses et qui disent à tout le monde qu’être riche c’est mal. Tout ça, c’est pour pouvoir s’enrichir sur leurs dos! L’appel du pouvoir et de l’argent…

Ces mecs qui ont participé a la révolution de Chavez sont bien riches aujourd’hui. Ils n’ont pas de problèmes pour manger à leurs faims… Et au final, le gouvernement vénézuélien ne fait rien pour améliorer concrètement la situation des pauvres. Le pays a connu des améliorations en matière de protection sociale mais le gouvernement ne fait que distribuer des aides financières aux plus pauvres. Il ne fait que leur garder la tête sous l’eau en leur donnant de l’argent et non du travail, et comme ça il s’assure leurs votes aux élections…. Seulement la classe moyenne, elle, s’est largement appauvrie… Bon et les quelques riches restent riches… Ca, ça ne change pas !

Chavez est partout au Venezuela
Chavez is watching you!
la propagande pro Chavez au Venezuela

Toutes les personnes que j’ai rencontré au Venezuela sont anti-Chavez, peu importe leur éducation ou leur niveau social : enseignants, ouvriers, vétérinaires, fermiers, retraités, businessman, etc… Ca m’a vraiment surprise ! Et oui, on parle encore de Chavezparce que Maduro, le président actuel, n’est qu’un pantin ! Dans la rue on n’a d’yeux que pour Chavez, on le voit partout: sur les murs, en tag, sur les affiches… Ca donne le tournis vraiment cette propagande !

Bref, voici quelques vidéos, parce que l’impact des images est souvent plus fort que celui des mots…

Si j’étais allée  en voyage au Venezuela 15 jours plus tard, je me serais retrouvée en plein milieu de ces manifestations… Rien que d’y penser j’en ai mal au ventre !

Et depuis les manifestations de l’an dernier, que s’est-il passé ?

Et bien , en attendant, rien à changer au Venezuela !

Les manifestions se sont essoufflées car elles devenaient trop risquées et puis il fallait surtout retourner au travail pour pouvoir gagner un peu d’argent et pouvoir survivre… La presse est muselée et les contestataires et les opposant sont contrôlés. Une élue, Maria Corina Machado, a été privée de son mandat de député pour avoir dénoncé les violations des droits de l’homme devant l’Organisation des Etats Américains. Le principal opposant politique du président, Leopoldo Lopez, est toujours emprisonné dans des conditions pas vraiment constitutionnelles… Et le président Maduro continue de nommer les membres de la famille de l’ex-président Chavez à la tête des institutions du pays. Par exemple, Maria Gabriela Chavez, la fille de l’ex-président, est devenue la nouvelle ambassadrice du Venezuela aux Nations Unies…

L’inflation bat des records mondiaux en ce début d’année 2015 avec un taux à 68,50%. Les produits de première nécessité continuent de faire cruellement défaut à la population.  Le pays importe quasiment toutes les denrées de première nécessité. Devenu un goulot d’étranglement, ce système bancal conduit à des problèmes d’approvisionnements. Le Venezuela s’enfonce dans la récession, les pénuries, l’hyperinflation… Endetté, l’Etat est au bord de la cessation de paiements !

Mais, comme me disait mon amie vénézuélienne Frayi : « Tant qu’il y aura de belles plages et du rhum pour oublier toute cette merde, rien ne changera au Venezuela »…

Triste réalité…

35 commentaires

  1. Sita Rondon sur 5 mars 2017 à 12:52

    Bonjour Amelie,
    Je ne connais pas ton blog …j ai trouvé par hasard ton post …je m appelle Sita, je suis franco- venezuelienne. ..et j ai toute ma famille du coté de mon pere bas a coté de Merida … je cherche a avoir des nouvelles du pays maintenant en Mars 2017, par des francophones car je discute par messenger avec ma cousine …mais mon espagnol n est pas aussi bon que je le souhaiterai. ..je voudrai en savoir plus donc quiconque qui vit là bas actuellement peut me contacter via FB mon nom est Sita Rondon …je suis tres inquiete pour ma famille. .. merci beaucoup !!!!! Sita

    • Ma Maison sur le Dos sur 5 mars 2017 à 6:09

      Bonjour Sita,

      J’aimerais pouvoir t’en dire plus mais cela fait déjà 3 ans que j’y suis allée.
      Je comprends tes inquiétudes, j’aimerais pouvoir te rassurer !
      J’ai un de mes lecteurs qui y va en octobre prochain. Il pourra te faire un retour à ce moment-là si tu veux ?

  2. Soumaya sur 10 avril 2016 à 10:24

    Salut,

    Moi qui aime beaucoup voyager j’ai plus trop envie d’y aller, c’est incroyable je ne savais rien de tout ça et j’imagine que c’est encore pire maintenant… Je suis en Master Espagnol et j’avais AUCUNE idée de la misère des vénézuéliens … PFFF personne n’en parle ou alors je ne lis pas assez les journaux.. En tout cas merci beaucoup pour ton blog il est TOOOP !!!

    • Ma Maison sur le Dos sur 11 avril 2016 à 7:38

      Oui malheureusement c’est pire maintenant…
      Je sais bien qu’on en parle pas. C’est très frustrant !! Ca a été évoqué par les journaux en France au moment des manifestations, mais depuis rien n’a bougé et visiblement tout le monde s’en accommode…

  3. NOEL sur 26 février 2016 à 4:46

    Bonjour,

    J’ai lu avec intérêt l’article de Amélie.
    Je connais très bien le Vénézuéla où je vis depuis 19 ans, je l’ai parcouru dans tous les sens, sac à dos, en bus. J’ai travaillé 4ans comme bénévole pour reconstruire un hôpital de brousse avec une ONG franco-vénézuélienne, je travaille dans les barrios avec une asso pour apporter notre aide, et à travers des initiatives personnelles j’apporte l’aide que je peux.
    J’ai vécu quelques années à Cumana, quelques années à Caracas, et depuis 5 ans je vis à Margarita où
    J’ai lu avec intérêt l’article d’Amélie.
    Tout ce que décrit Amélie est la triste réalité, rien n’est exagéré. Sauf que… depuis son dernier voyage au Vénézuéla, en 2014 je crois, la situation s’est terriblement dégradée. Vu de l’extérieur on a peine à croire que ça puisse se dégrader plus encore que ce que décrit Amélie.
    Ce matin encore, lorsque je suis descendu au village, à Paraguachi, avec mon voisin et ami, un pur Vénézuélien, il m’a dit « ta fille (elle venue en février 2014) ne peut pas se faire une idée de la situation du Vénézuéla ».
    Je viens régulièrement en France pour ramener des médicaments, des sondes urinaires, des masques, du savon, etc…
    Je suis allé en France en avril 2015, et je suis revenu au Vénézuéla mi-novembre 2015. J’ai été effaré de la dégradation en ce laps de temps.
    Non seulement il n’y a plus rien à bouffer, ni médicaments, même les plus vitaux, ni savon, ni PQ, ni… la liste est trop longue pour tout énumérer ici, mais en début de semaine, on nous a informé que « Hydrocapital » (l’équivalent de nos Services des eaux) ne délivrerait de l’eau sur le continent qu’un jour toutes les 3 semaines, ici à Margarita, un jour par mois.
    Et à l’état catastrophique – la FAO et l’Unesco ont déclaré le Vénézuéla en grave crise humanitaire s’est ajouté le Zika, et depuis quelques temps une épidémie de Malaria.
    On ne peut pas compter sur l’aide de l’OMS, ni sur l’envoi de médicaments et médecins de MSF ou autre ONG, Chavez les ayant chassés et interdits depuis très longtemps.

    On prévoit également que fin avril/début mai, tout le pays sera privé d’électricité.
    Les raisons de ce rationnement et de la rupture d’électricité ? aucune maintenance du réseau de distribution d’eau potable depuis des années, aucune maintenance du réseau électrique, corruption, …
    En exemple, les sommes prévues pour l’installation de deux usines thermoélectriques, pour la construction d’une usine de désalinisation. Toutes installations n’ont jamais été réalisées, les budgets prévus ayant été détournées par le gouvernement et versées sur des comptes privés sur les banques de Madrid, sur la banque Andorra, sur la HSBC, appartenant à Diosdado Cabello (l’ex président de l’Assemblée Nationale), quelques ministres dont Ramirez, l’ex ministre de l’énergie et autres gouverneurs. des sommes colossales « cadeau » à la Bolivie, à l’Equateur, à Cuba, Une enquête est ouverte depuis plusieurs mois par le FBI et la semaine passée la Banque de Madrid a publié les comptes avec les noms des titulaires de ces comptes, la Banque Andorra a également informé qu’elle était disposée à fournir au FBI les noms des titulaires des comptes sur lesquels plusieurs milliards de dollars ont été blanchis,
    etc, etc.

    Il y a plusieurs années, 3 ans, on a envisagé de vendre notre maison de Margarita… invendable, le parc immobilier des appartements et maisons à vendre est énorme.
    Plus encore, on s’est décidés à rester pour nos amis, pour nos voisins, qui ne peuvent compter que sur de l’aide extérieure de particuliers. Et puis, « abandonner » les gens du village, … surtout quand on vous dit « s’il vous plaît ne partez pas, on a besoin de vous »…

    A « l’extérieur » on ne peut se faire la moindre idée de ce qui se passe ici au Vénézuéla, et les médias, – surtout français – sont muets sur le sujet, à part NTN24 , chaîne colombienne, CNN en español, et un peu DTW chaîne allemande. Et les informations sur le Vénézuéla.
    Il y a 2 ans le gouvernement m’a fermé mon blog sur lequel je diffusais des vidéos, des photos, des articles sur la situation du pays, et ma page Facebook sur laquelle je publiais également des photos, infos, sur le Vénézuéla a également été censurée.

    Le pays est au fond du trou.
    Et les mois qui arrivent s’annoncent terribles. Le pays vit à 96% sur la rente pétrolière, … vu la baisse du prix de baril de pétrole, ce qui s’annonce n’est pas prometteur d’une amélioration de la situation !
    Le pays ne produit plus rien, dans aucun domaine. Tout l’appareil productif a été détruit, les exploitants agricoles et les éleveurs ont été expropriés, sans indemnité… et les terres sont restées incultivées depuis. Plus de 4 millions d’hectares de terres « récupérées » par l’état après les expropriations massives n’ont jamais été cultivées. Le pays est à 92% dépendant des importations pour ses besoins alimentaires… et comme il n’y a plus d’argent dans les caisses de l’état on s’imagine la suite…

    Adrien

    C’est terrible ce qui se passe ici. Douloureux, très douloureux.

    • Ma Maison sur le Dos sur 27 février 2016 à 7:35

      Merci Adrien pour ton commentaire.
      Je sais que malheureusement la situation ne fait que se dégrader.
      Et quand j’entends des gens qui me disent que j’y connais rien alors qu’eux n’ont pas mis les pieds là-bas, ça me rend folle…

      C’est effectivement douloureux, je comprend tout à fait ce que tu racontes.
      Courage !!
      Ils ont effectivement besoin de toi sur place.
      Moi j’envoie des colis à mes amis qui n’arrivent jamais…

      • Sebastian sur 12 août 2016 à 10:58

        Bonjour,

        Je reviens d’un mois au Venezuela pour revoir ma famille (le hasard fait que je viens d’un village à une 20aine de km de Zea) et la situation s’est terriblement dégradé par rapport à votre séjour. Les queues, l’insécurité et la colère sont au plus haut point. Le manque de nourriture, de médicament et de produit du quotidient (dur dur les toilettes sans PQ) et le moral au plus bas des gens ont rendu mon séjour pénible.
        Je prie Dieu pour que la situation change.
        On pourrait débattre des heures dessus. En tout cas, je trouve que vous avez très bien parlé du Venezuela avec ses mauvais côtés, mais sans verser dans l’éxagération, mais également dans les bons côtés. C’est donc un plaisir de vous lire.

        Sur une note plus légère j’ai lu votre blog toute cette semaine au boulot ce qui m’a permis de m’évader. Je vous trouve bien du courage pour vivre et partir à l’aventure de la sorte. Je vous souhaite le meilleur pour la suite et je continuerai à lire vos aventures!



      • Ma Maison sur le Dos sur 12 août 2016 à 11:50

        Merci ENORMÉMENT Sebastian pour votre message. La situation au Venezuela me tient à coeur et je suis très triste de voir que ça s’empire de mois en mois. Je pensais déjà que le pays était au plus bas, j’ai le coeur serré quand je pense à mes amis là-bas.

        Quelle coïncidence ! A 20km de Zea, c’est juste à côté ça !! 🙂
        Je suis heureuse de savoir que vous vous êtes évadé grâce à mon blog et merci encore pour vos mots qui me touche beaucoup. 🙂



      • Belhachmi sur 17 août 2016 à 2:46

        Coucou, j’ai toujours voulu aller au Vénézuela mais j’ai un peu peur avec tout ce qui se passe maintenant.
        Mais en même temps, je suis prête à prendre le risque!Tout m’attire la bas, je connais bien la colombie que j’ai déjà fait mais j’en suis sur que le vénéz et 10 fosi plus beau.
        C’est vrai qu’on parle pas de vénéz car pt etre c prcq c’est l’ennemi des USA, de toute façon les médias trient leur informations et cela n’est pas nouveau..
        Pourquoi l’UE n’envoie pas des vivres et ces gens qui sont en trains de mourrir de faim à tel point qu’ils tuent des éléphants et des chevaux dans les zoo pour les mangers.J’aimerais tellement pouvoir les aiders.Est ce que le vénézuela deviendra la nouvelle Syrie du monde cela y ressemble en tout cas..



      • Ma Maison sur le Dos sur 17 août 2016 à 10:05

        Ecoute, moi quand j’envoie des cois à mes amis par Colissimo, ils ne les reçoivent jamais. Par contre le colis est bien ouvert et receptionné par quelqu’un… C’est corrompu jusqu’à la moelle !
        Je te conseilled ‘attendre que la situation s’améliore avant d’y aller malheureusement.
        Je pense que les paysages de la Colombie et du Venezuela sont similaires. Je te dirais, je vais vivre en Colombie dans quelques semaines… 😉



    • Anna sur 18 juillet 2016 à 8:44

      Bonjour Adrien , j’aimerais rentrer en contact avec vous s’il vous plaît si c’est possible .
      Pouvez vous m’envoyer votre nom fb , votre mail , votre numero ou quelque chose s’il vous plaît !!
      Merci d’avance
      Anna

  4. Samuel sur 6 septembre 2015 à 1:36

    Super article, qui fait débat je vois ! Ton article mais également les commentaires contradictoires que tu as reçu sont pour moi d’après ce que j’en ai compris totalement représentatif du Venezuela, où, comme je l’ai raconté de ma toute petite lorgnette qui ne vaut pas grand chose, c’est clairement le bordel. Pro et anti-chavisme se renvoient la balle, sans fin…

    il m’a été impossible de comprendre vraiment le pays, aujourd’hui encore je lis beaucoup sur le pays, j’ai quelques contacts là-bas mais c’est impossible, la propagande est infernale des deux côtés… Pour ma part je veux bien croire que les populations les plus défavorisées (je ne sais pas si tu as pu en rencontrer, moi non) ont une opinion positive du chavisme car la majeure partie des programmes sociaux leur ont été destinés et leur situation s’est clairement améliorée sous Chavez. Reste que les clivages dans la populations sont gigantesques et que le pays ne peut pas vivre ainsi en se détestant les uns les autres.

    Mais il y a des enjeux, de part et d’autres, que nous ne maîtrisons pas et qui rendent la situation du Venezuela inextricable de mon point de vue. Malgré la sympathie que j’aurais pu avoir pour un mouvement socialiste et proche des plus démunis comme celui du chavisme, mon passage là-bas, la propagande hallucinante et le culte de la personnalité de Chavez m’a clairement fait relativisé. Je pense qu’aujourd’hui ce mouvement est trop corrompu, (en face c’est pareil mais ça ne justifie rien), il a trop abusé et échoué à beaucoup d’endroits pour rester légitime. Je pense qu’il faudrait rebattre les cartes, repartir encore une fois de zéro, et trouver une nouvelle voie politique.

    Animo Venezuela !

    • Amélie sur 7 septembre 2015 à 9:00

      Merci Samuel pour ton commentaire !
      On a visiblement eu le même sentiment une fois sur place !!

      Si ! Animo Venezuela !

  5. Patrick sur 23 juillet 2015 à 11:39

    Bonjour Amelie.

    Je vais au Venezuela depuis 7 ans. Jy ai un condominium la-bas et j’envisage d’acheter quelque chose sur l’ile de Margarita. Vue la situation economique actuelle, pas de ventre tres possible du condo vue sur mer. Les gens n’ont pas d’argent et ceux qui en ont achete pour investir. Sur comme tu le dis pas de sucre, lait, papier de toilette et savon … et je peux en rajouter avec des etageres vides sauf pour les chinois qui revendent au peuple a 3 et 4 fois du prix qu’il achetent et encore si ils veulent le vendre. D’ailleurs il y a 2 ans les mercando chinois on ete fermer pendant 3 jours par le gouvernement et avec severe avis d’extradition a ceux qui recommencait, mais cela continue car l’argent rends leur vie facile et ont peut acheter tout le monde au Venezuela avec l’argent, meme et surtout l’autoritee.

    Le Venezuela est un beau pays, malheureusement tres pauvres malgre ses richesses petrolieters et minieres. Les gens sont tres fiers et j’ai tres peu rencontrer des gens mal habilles meme a Caracas grande ville ou a Puerto Piritu petite ville. Les gens aiment la fiesta et la Polar (bierre) fait oublier tout.
    Il faut pas oublier que Polar est le plus grand distributeur au Venezuela en beaucoup de chose, pas entierement controlle par le gouvernement mais pas mal, d’ailleurs l’annee derniere un conflit s’est fait naitre entre les deux, et le prix des cigarettes et autres aliments a doubler et plus passee minuit, quelle surprise pour plusieurs et moi aussi a 8 heures le matin au mercando.

    Pour moi, le Venezuela n’est pas pour tout le monde.
    Les hotels ne sont pas toujours a la hauteur, il faut se battre souvent pour se faire servir. La securite surtout la nuit n’est pas la, d’ailleurs maintenant c’est le jour aussi qu’il faut se mefier surtout dans les grandes villes, mais cela atteint aussi maintenent les petites. Attention meme aux soit disant amis, je suis parrain d’un enfant de 3 ans la bas qui a des problemes aux jambes, j’ai donner plus de 50,000 bs en deux ans, pour me faire dire que le papa avait ete a la frontiere venezuel-colombie et a rester 2 jours en prison et a due ressssortir seulement apres avoir donner aux policiers 25,000 bolivars, La veritee est sorti lorsqu’uil a quitter sa femme cette annee apres mon depart. Elle m’a dit qu’il l’avait obliger a mentir. Les hommes sont tres machos la-bas, font un enfant et hop bye bye, il y a plein de femmes de 13 ans et plus avec des enfants, c’est pas rare et peu de temps apres plus d’hommes (ou enfant homme … on se comprends). Maids elle peut le retrouver ou il y a de la bierre, la pas de probleme. Alors si tu est un gringo, vaut mieux faire attention a ton argent, car tu as un signe de dollars sur le front pour eux et certains essaieront tout pour l’avoir … et on se comprends, vol, kidnapping, menaces, declarations mensongere a la police, drogue, prostitutions et on en passe encore.

    J’ai appris malheureusement avec des erreures comme beaucoup d’etrangers la bas, les vrais amis surtout si tes gringos sont … tres rares et tres non sinceres. Sure. les sourires et le tout servis sur un plat d’argent sont la, mais il y a des idees derriere cela. Je peux dire aujourd’hui que je peux compter aux Venezuela que sur 4-5 personnes maximum et encore … en plus de 6 ans.
    On t’aime pour l’argent que tu possede (enfin on se comprends par « on t’aime » , et en maintenant on n’a de la mefiance car tu est gringo, donc on te deteste aussi, drole a voir, non, car le Venezuela pour moi est un pays nouveau, tout est a developper, la main d’oeuvre et tout. Un soit diasant electricien est aussi un plongeur a ses heures, quant il veut travailler. D’ailleur pas besoin de permis pour etre electricien, tout s’achete. Jje regrette ton rhume et ta manche comme mouchoir, je peux dire que le Vnezuela a un merveilleux systeme de sante, oui Chavez, et reconnu comme avoir parmis les meilleurs medecins du monde (entraine souvent a Cuba). La raison pourquoi Chavez est aller a Cuba pour essayer de se faire guerir. Chaque fois que j’ai quelque choses, rhume (air climatise) ou fievres et meme blessures, je ne vais pas a la pharmacie, mais aux cliniques gratuite, et le tout se fait en 15 a 30 minutes avec un service incroyablement bon, si je compart au Quebec ou il faut attendre 12 heures et plus pour rencontrer un medecin a l’urgence. Ma mere a attendu 18 heures. Cote social, et bien le Venezuela a les ecoles gratuite, mais c’est beau ca, mais encore faut avoir de l’emploi quant on sort, et ca c’st pas au rendez vous comme me l’ont dit plusieurs mere de famille qui travaille ici et la pour pouvoir sortir leur enfant de ce pays. Comme tu dis, ils quittent le pays et plusieurs s’en foutent qu’en dira le gouvernement, ils font leur argent ailleurs et rentreront quant il veulent, tout s’achete aux Venezuela, meme les douanes et la frontiere. Et je peux t’en parler sur ce sujet avec avocado et des gens qui travaillent aux gouvernement sous payes. Ils faut bien vivre un peu, meme si la fiesta et la biere est le plat national. Le Venezuela est un tres beau pays a visiter si tu t’attends pas a la richesse des gros hotels, des belles rues, des luxures (excepter Caracas et quelque autre villes), et que cela ne te surpends pas si tu commande un club sandwitch et que tu n’a pas de viande a l’interieur comme annoncee mais que tu paye le meme prix, Ils te serviront quant meme avec un beau sourire et te repondront qu’il y a penurie de poulet et de viande.
    Mais la chose que je n’ai pas compris c’est que partout il y a des serviette en papier, restaurant, marche, etc et pas de papier de toilette, J’ai pas encore trop compris celle-la !!!. Si tu aime la fiesta, aime l’aventure, aime la nature, aime la decouverte (Amazonie et autre), et que tu peux t’adapter sans penser a tes dernieres vacances a Aruba par exemple, pas de problemes, le Venezuela est pour toi. Surtout avec un taux de chanfe au marche noir de 675Bs pour un USD, la vie est un reve pour l’etranger … mais pas pour le citoyen qui te refarde de plus en plus. Je repete attention a tes poches, pas de portefeuille avec des gros montants, le taxi ou caro coutent rien d’un area a l’autre, donc en vacance la bas, ne stressont pas (comme eux) et retournons a la maison pour aller chercher de l’argent ou remettons le tout a demain, bien sur si il sont ouvert, car la les heures d’ouvertures sont aussi compliquees surtout dans les petites ville, ils disent fremer entre midi ou une heure 2 ou 3 heures (il fait chaud meme sous l’air conditionnee) et il peuvent ouvrir qu’a 4 ou 5 heures PM, et desfois meme pas, « ca depend comment je file ». Je veux etre tres neutre ici, et ne pas montrer le Venezuela comme un pays pour tout le monde, beaucoup sont comtent et beaucoup n’y retourneront jamais comme la jeune femme a Porlamar a l’aeroport il y a de cela 4 ans, les douaniers lui on fait peur en lui diant qu’ils alaient la garder, ils l’ont relachee apres une heure, pourquoi tout cela, car les compagnies aerriennes menacaient de cesser leur vols sur Porlamar et le Venezuela due a une dette de plus de 5 milliars de USD (dette encore non payee et cause de non vol direct sur Porlamar ou Caracas). D’ailleurs pas une surprise de voir Playa El Agua completement vide en saison touristique depuis 2-3 ans, un presque village fantome et c’est pas due uniquement a la construction. Allez voir les hotels, ils sont tous pleins sur papier (agence de voyage) et quant vous etes la comme moi qui est aller en janvier et mars cette annee en prenant une chance, ils etaient tous presque vide, mais leur prix vraiment exagere. En passant il y en a un pas cher, avec piscine. je la’i decouvert en marchant, mais il faut s’assurere d’avoir manfer avant 20 heures, car si l’hotel n’offre rien et bien rester sur votre faim ou aller en dehors, car les restaurants a Playa El Agua apres 20 heures, niet, nada. Les clubs ou autres divertissements niet nada, depuis que le gouvernement a fermer la discotheque principale a Playa El Agua il y a 304 ans. Il faut aller surtou a Porlamar, la les clubs, restos, casinos pas de problemems. Dommage j’ai eu tant de plaisir et de bon souvenirs a Playa El Agua, melancolie de voir ca. Mais je crois en ce pays, vous s’avez c’est pas un cas unique dans le monde, tout les pays « riche » ont connu ces problemes, la royautee, l’anarche, les revolutions. Seulemet que le Venezuela se reveille maintenant et voit qu’il devrait avoir plus, en fait les medias l’on reveille. Ils n’aiment pas tous les gringos, mais aime McDonald, le ipad, ont tous un telephone cellulaire, aime avoir un jeans avec drapeu americain ou un T-shirt avec I love NY, c’est un pays vraiment surprenants et pour le noveau touriste, mieux vaut pas trop se poser de questions et profiter de ces vacances. En bref j’aime le Venezuela, car je ne pose plus trop de questions, je suis la en vacance, je vois quelque chose qui me deplait, je passe. J’attends trop longtemps pour me faire servir, je pars. Entends des choses deplaisante, je deviens sourd. On me dit bonjour et cela arrive souvent ou bien un sourrire, je deviens souriant et social. Simple et direct. Voila en bref. Pour ceux qui sont curieux a voir ce beau pays en nature, bien une petite ligne pour moi si tu permet Amelie, je loue a certaine periode mon condo vue sur mer (islablancacondo.com) situee a Pueto Piritu (bord des caraibes sur le territoire Venezuelien, non l’ile). Merci .. eh oublier les fautes et accents.

    • Amélie sur 24 juillet 2015 à 11:40

      Merci Patrick pour ton commentaire bien intéressant. Oui, c’est pas facile là-bas, en espérant que ça s’améliore vite !

      • Patrick sur 24 juillet 2015 à 1:55

        Amelie

        L’election du parlement est le 6 decembre cette annee, et tous prevoit une defaite pour l’actuel parlement et la victoire pour l’opposition, se sera donc une premiere defaite. Puis les elections presidencielle (entre sous la pression du Bresil) l’annee prochaine, la encore tous prevoit la defaite de l’actuel president Maduro et la fin d’un regne de plus de 15 ans de chavista.
        Le probleme est que Maduro ne veut pas s’en aller (meme si il adit que les elections se tiendrait, on connait comment il est venu au pouvoir et ce qu’il a fait a ses oppososants pour les faire taire, emprisonnement, et violence filmee au parlement) et va mettre probablement sont getho de la nation en urgence, il pourrait pretexter (certaine rumeurs) que le pays n’est pas pret pour les elections vue qu’il est en danger avec la guyanne (plusieur conflits de territoire et bien entendu le petrole est le point) et ce qui permet soit disant de retarder pour un autre 90 jours la decision si oui ou non le Venezuela est pret. Il est clair pour moi, qu’il va tout faire pour rester le plus longtemps possible. Mais le probleme du Venezuela ne s’arrete pas la, le president change bon c’est bien pour la democratie, enfin tous le pense. Mais le Venezuela aura a apprendre a etre competitif, en fait comme un jeune enfant qui apprends a l’ecole, comme je l’ai dit, le venezuela est jeune et a tout a apprendre pour etre competitif mondialement, la main d’ouvre, l’exportation de son petrole, des produits utiles a son developpement et j’en passe, et hops, comment travialler et s’avoir travailler. Car regarder la television des serie americaine (ils sont tous sur ca) et les belle autos, maisons, etc, ca n’arrive pas du ciel et la dessus et bien permet moi Amelie de dire en tout respect avec eux qu’ils sont (en majoritee) loin de pouvoir travailler (ou devrai plutot je dire vouloir et pret) comme nous dans les pays industrialises a le faire. C;est dure de changer une mentalite de fiesta comme les a habituer les anciens dictateurs (pour les faire taire, ???), d’avoir l’ecole, et des maisons sans payer de loyer, de taxes ou de payer les taxes seulement quant tu vendras ta maison (ils ne la vendent jamais en moyenne). Il est pas rare de voir des proprietaires qui n’ont jamais payer de taxes ou paye apres 5-10 ans, c’est commun au Venezuela, comme l’electricite, le cable et j’en passe encore. Donc c’est tout un systeme a reviser et la cela va prendre du temps. Aussi l’ecrasement du president pourrait annuler le taux de change au marche noir, ce qui va creer un abusement des prix sur tout a la hausse, et les salaires a la hausse en attendant que les compagnies internationales s’installent et cree des emplois ne seront pas encore la. On a vue quant le littre du petrole a monter de quelque bolivars, cela a ete presque une revolution (un grand mot, mais cela a fait parler). Je crois que c’est plus les jeunes et la prochaine generation qui vont reelement faire quelque choses, enfin tout peut se passer au Venezuela, un pays d’aventure ou tout impossible est possible, j’en ai aussi un livre a ecrire, mais je suis accoutumee, enfin presque vaccinee. Bonne journee.



      • Amélie sur 25 juillet 2015 à 4:03

        Oui, le président ne va pas être facile à déloger et ça ne va pas être évident de remodeler le pays. Après, il ne faut pas faire de généralités… Je connais beaucoup de vénézueliens qui travaillent dur et qui n’attendent que ce changement pour faire bouger les choses. Ce n’est quand même pas un pays d’assistés. Beaucoup serrent les dents en attendant que ça passe et continuent du mieux qu’ils peuvent. Et je parie que beaucoup de vénézueliens qui se sont expatriés pour avoir une vie meilleure vont revenir au pays pour aider à la « reconstruction » 🙂



      • Patrick sur 25 juillet 2015 à 4:54

        Bon, on s’entends. Non tous ne sont pas assistes, mais les statistiques montrent que 78% le sont. J’ai personnelemnt des amis avec des compagnies, et je peux dire qu’ils en arrachent. Le probleme, on aime mieux la bierre que le travail. Ceux qui sont partis sont les meilleurs, ceux qui restent on a apprendre



      • NOEL Adrien sur 26 février 2016 à 5:05

        beau pueblo Puerto Piritu, je connais bien.

        Ce que tu décris Patrick, n’est que la simple et crue réalité !
        Tu ne comprends pas pourquoi on trouve des serviettes en papier ? les autres « incohérences » et incongruités sont de la même logique… si on peut parler de logique au Vénézuéla !
        La réponse est simple : le paquet de serviette coûtait – en novembre 2015, depuis je n’ose même pas regarder les prix, 1500 Bolivars. Personne ne peut acheter à ce prix là, quand le salaire est à un peu plus de 9500 bolivars.
        En consacrant la totalité de son salaire, on pourrait acheter par exemple 4 boîtes de thon de 400 grs OU 10 kgs de pommes de terre

        Pour info, l’euro est aujourd’hui 26 février 2016, à 1200 Bs au marché parallèle !
        Comme tu peux voir, la situation s’est sérieusement dégradée depuis la dernière fois où tu es venu au Vénézuéla.



  6. Robin Quartarone sur 16 juillet 2015 à 9:34

    C’est vraiment triste et dire que j’ai ma copine qui vit la bas… Je lui dit de venir en Suisse mais ils sont très attachès a leur pays je trouve beau en même temps tellement triste

    Prenez mon Facebook
    Robin Quartarone

    • Amélie sur 16 juillet 2015 à 12:41

      Oui c’est triste. Et puis c’est vraiment pas facile de sortir du pays… Le prix du billet d’avion coûte tellement cher par rapport au cout de la vie là-bas !

  7. […] Et ce billet d’avion, j’ai vraiment galéré à l’avoir, j’ai dû le payer à un agent en marchandant avec une bouteille de rhum et de lait… J’exprime donc mon inquiétude à l’officier des douanes qui hausse le ton et me dis de […]

  8. […] Le pays n’a pas vraiment les structures permettant d’accueillir un tourisme international. Clairement, vu ce qui se passe ces dernières années là-bas, on comprend mieux pourquoi le tourisme n’est pas une priorité pour le gouvernement. Par exemple, le téléphérique de Mérida était l’une des principales attractions de la ville car c’est l’un des plus hauts périphériques du monde. Seulement il est en réparation depuis près de 4 ans maintenant… Si vous voulez en savoir plus sur la situation du Venezuela, rendez-vous sur cet article: Mais que se passe-t-il au Venezuela? […]

  9. Nath sur 3 mars 2015 à 5:23

    Bravo pour ce billet! C’est vrai qu’on connaît mal le Venezuela. J’y suis allée comme touriste en 2013 (Choroni et Los Roques) mais j’ai vraiment compris la situation du pays en rencontrant des Venezueliens exilés au Panama (où je vivais) et en lisant et regardant ce qu’ils me transmettaient. On a une vision faussée du socialisme sud-américain si on le compare au socialisme européen. Cela n’a rien à voir!Au Venezuela en particulier, on est dans un régime autoritaire, non-démocratique. Le pseudo partage des richesses vise au contrôle de la majorité de la population peu instruite qui est manipulée. La théorie du complot dont on leur rabat les oreilles participe d’une forme d’endoctrinement grave. Ceux qui ont un bon niveau d’éducation et un sens critique sont systématiquement éliminés ou poussés au départ. C’est un exode dramatique pour le pays! Tant qu’il y aura du pétrole, la situation de la population sera soigneusement ignorée par ceux qui ont des intérêts économiques avec ce pays! Dramatique! Mon espoir repose sur la jeunesse et sur des personnes incroyables comme Maria Corina Machado qui risque leur liberté et leur vie en restant et en dénonçant la situation! Merci pour ce billet que je vais partager!

    • Amélie sur 4 mars 2015 à 2:07

      Merci Nathalie!!! Ton commentaire est une bouffée d’oxygène!
      Et oui! Nous, petits européens, on idéalise le socialisme sud-américain sans savoir ce que ça veut dire vraiment…

  10. jojo sur 1 mars 2015 à 9:36

    Salut Amelie!
    Mon opinion est différente de la tienne… je te la donne si tu veux me lire!
    Merci pour ton article, vraiment bonne idée de donner le point d’un voyageur sur le Venezuela.
    Je reviens d’un mois et demi au Venezuela et je n’ai pas eu la même impression que toi!
    Hébergé pendant mon séjour chez la famille de deux amis venezueliens (rencontrés pendant leur voyage à Buenos Aires), je n’ai pas du tout ressenti une majorité « d’anti-chavez » dans mes rencontres, tout le contraire. Beaucoup m’ont expliqué que le socialisme reste pour eux la solution, mais que le gouvernement actuel ne joue pas le jeu à fond.
    Quelques données économiques aident un peu à comprendre pourquoi les prix grimpent :
    – le prix du pétrole (première source de revenu) a chuté de moitié sur cette dernière année
    – un embargo international sur les exportations vénézuelienne est en place avec comme premier allié la Colombie voisine
    – les pénuries existent car les magasins sont vidés par les premiers acheteurs dans le but d’anticiper les prochaines montées de prix et/ou de revendre dans les petits magasins de quartier qui, eux, regorgent de nourriture.

    Plusieurs venezueliens rencontrés m’ont clairement dit que la propagande visant à déstabiliser le pays, venait en premier lieu, des venezueliens opposants (souvent propriétaire de moyen de communication et d’entreprises locales, les mêmes qui organise les pénuries, chaque jour des tonnes de vivres cachés sont trouvés), et de venezueliens expatriés et d’opinions politiques différentes.

    Concernant les aides, on peut toujours critiquer (et il faut) mais l’idée du partage des richesses, elle est là et nulle part ailleurs.

    Et oui! Oui le jour férié pour le carnaval c’est important, je l’ai passé cette année à choroni, et beaucoup de venezueliens avait fait le déplacement! Une belle fête dans un pays qui (pour l’instant) tient le coup.

    Une part d’ombre persiste oui, les morts pendant les manifestations (encore il y a une semaine), la corruption généralisée (comme dans le monde entier France comprise) et paralysante (récurrente et dramatique dans plusieurs pays socialistes).

    Voilà mon opinion objective sur un pays magnifique qu’on ne doit surtout pas fuir, idoler et oublier!

    Bisou à tous!

    • Amélie sur 1 mars 2015 à 10:35

      Je suis vraiment très surprise par ton message. Surtout parce que tu reviens tout juste du Venezuela.
      Tu as donc vu les magasins vides, les files d’attente, l’insécurité. Il y a clairement quelque chose qui ne fonctionne pas!

      Comme je le disais dans mon article, avant de me rendre dans ce pays, j’étais séduite par les idées de Chavez.
      J’ai été hébergé par une dizaine de personnes différentes, et je n’ai jamais abordé le sujet de la politique avec ces personnes-là et leurs amis. Ce sont eux qui m’en ont toujours parlé parce qu’ils sont révoltés et qu’ils ont honte.
      Comme je disais, les avis négatifs que j’ai reçu de la parts des vénézuéliens venait de milieux sociaux différents. Loin des propriétaires de moyen de communication et d’entreprises locales comme tu dis, c’étaient des retraités, enseignants, ouvriers, étudiant….

      Je n’ai pas vu un seul magasin dans le pays regorger de nourriture… Par contre j’en ai vu des dizaines vides…
      Et le partage des richesses est injuste, au Venezuela comme dans beaucoup de pays. Toujours est-il qu’en France, on ne se fait pas tuer par la police quand on manifeste dans la rue… Encore un mort il y a 4 jours, un jeune homme de 14 ans! Alors la part d’ombre du Venezuela est colossale!!!

      Je n’ai qu’une envie, c’est y retourner. Mais très franchement, je ne le recommande à personne pour des raisons de sécurité!
      En toute honnêteté, on ne peux partir seul avec son sac à dos là-bas et se ballader dans les rues de Caracas comme dans d’autres villes en Amérique du Sud!! Soit tu pars avec des locaux et tu te fais tout petit, soit via une agence de voyage où tous les transfert sont gérés pour que tu es le moins possible à entrer en contact avec les locaux!

      Merci en tout cas d’avoir partager ton opinion en ligne!
      Le but de cet article est justement d’informer les lecteurs pour que ce qui se passe au Venezuela ne soit pas oublié!!

      • Aurélien sur 12 août 2015 à 7:02

        « La révolution n’est pas un dîner de gala ».

        Bonjour Amélie et merci pour cet article très intéressant. Personnellement je ne connais pas le Venezuela ms justement, en tant que communiste convaincu j’aimerais visiter..

        Tous les problèmes dont tu parle sont réels et importants mais le plus important pr moi serait de comprendre les causes et l’évolution de cette société. Car en effet, bien qu’il y ait eu un grand culte de la personnalité de Chávez (à ne pas sous-estimé) le système démocratique du Venezuela et réputé dans le monde entier avec entre autre le référendum revocatoire inscrit ds la constitution, et Chávez comme maduro ont été élus. De plus les régions sont en très grande majorité socialistes. Le tt alors que les plus grands médias sont privés (ou en tt cas l’étaient avt maduro).

        Bref, pr que Cette politique soit autant porté par une large partie de la population alors que la crise majeure dont tu parle est affligeante, il doit y avoir une conviction profonde ds la population que le socialisme reste la solution et que les causes de la crise actuelle sont ailleurs.. En tt cas j’imagine..

        Personnellement, quand on me parle de chômage de masse et de pénurie, je pense automatiquement économie prise en otage par les propriétaires des moyens de production. Ce sont les seuls qui peuvent tirer un avantage d’une situation pareille.

        Par ailleurs, ça m’embete un peu de faire cliché, mais la lutte anti-socialiste des États-Unis en Amérique latine n’est qd mm pas à négliger.. Il sont aller jusqu’à buter alliende au chili pr foutre une dictature de 40ans, connaissant leurs méthodes d’embargo et d’attaques économiques, je pense qu’il serait naïf de penser qu’ils ne jouent pas un rôle significatif dans la déstabilisation de l’économie vénézuélienne..

        Enfin, peut-être que maduro est malheureusement un nouveau Staline, c’est difficile à juger sans être aller ds le pays… Mais pr avoir entendu les discours de certaines têtes des mouvements d’opposition, il a clairement du Hitler en face de lui sans déconner. Je ne suis pas sur qu’une prise de pouvoir par la droite serait un mieux sur le long terme…

        Enfin bref, tout ça est difficile mais voyant ton enthousiasme pr ce pays, je pense que tu devrait creuser d’avantage sur les causes des problèmes actuels et l’évolution de la politique du pays depuis que le socialisme est au pouvoir face à une tres forte résistance de la bourgeoisie locale (patrons, actionnaires, capitalistes, propriétaires des moyens de production, et bien sur leurs organisations en mafias…). Pr ma part j’espr y aller bientôt pr me faire mon idée sur place.

        Bonne journée ! !



      • Patrick sur 13 août 2015 à 12:47

        Bonjour Amelie

        au sujet de:
        Je n’ai qu’une envie, c’est y retourner. Mais très franchement, je ne le recommande à personne pour des raisons de sécurité!

        Je suis d’accord avec toi, mais enfin ce n’est pas partout le grand danger.
        Dans les petites villes c’est le « petit » danger et il faut comprendre qu’actuellement avec un dollar US equivalent a presque 700 BS sur le marche noir, alors c’est risquer de se faire voler (je parle des touristes). Et cela va augmenter. Je disais a une amie du Venezuela, quant je retournerai l’ annee prochaine (janvier 2016) le US dollars vaudrait 1000 BS, elle riait, je lui ai telephonner avant hier et je lui est dis « qui ris maintenant? ». Elle ma’ dit « vas tu me sortir, tu sera riche ici. Alors tu peut voir qu’ils sont tres au courant, magasin vides et touristes avec poche pleines. C’est sur et je comprends qu’ils nous envient, alors pour moi, j’oublie ma camera canon, mon video, bracelet, et meme montre, D’ailleurs je me prends un simple telephone la-bas, pas de ipad, ipod, etc. Eux ca vas, mais un touristes meme avec un condo la bas, c’est trop voyant et ca ma l’air de les enerver, D’ailleurs ils te regardent beaucoup, pas focement avec des mauvaises pensees, car je trouve les gens bien dans l’ensemble, mais comme on dit, faut pas forcer la note.

        Dis moi quant tu y retourneras, on se verra peut-etre.
        Je pars de janvier a fin mars ou avril, je vais en profiter pour continuer ma decouverte de ce merveilleux pays en nature.

        Excuse encore mes accent manquants, je parle ici plus anglais que francais avec mes clients.

        Salut



      • Amélie sur 13 août 2015 à 12:57

        C’est sur que c’est plus calme dans les petites villes, mais il faut toujours passer par des plus grosses villes avant et c’est là que ça peut se compliquer…
        Oh oui j’ai tellement hâte d’y retourner. Mes amis me manquent !!
        J’attends un peu voir comment la situation évolue et peut être qu’on se verra là-bas un de ses 4 !



      • Amélie sur 13 août 2015 à 12:51

        Bonjour Aurélien,

        Je comprends ton étonnement, moi aussi j’ai bien été déçue.
        Le but de mon article n’est pas de rentrer dans un débat politique sur le communisme mais plutôt de raconter ce que j’ai vu. J’ai été extrêmement surprise et ça m’a bouleversé, je me sens dans l’obligation de partager ce que j’ai vu d’un pays qu’on idéalise…
        Tout n’est pas noir ou blanc, Chavez a mis en place quelques trucs qui valent le coup, mais en règle générale aujourd’hui le pays est complètement à la ramasse.

        Comme je le disais sur mon blog, j’ai été hébergée par tout type de classes sociales: ouvriers, enseignants, étudiants, entrepreneurs, employés… Tous ont le même discours et en ont marre. Ils sont complètement désabusés.
        Certes, les présidents sont élus par voie électorale au Venezuela, mais ils ne sont pas meilleurs qu’ailleurs. Je me suis rendue compte, à ma grande déception, que l’homme politique est avide de pouvoir, peu importe ses idéaux ou courants politiques, une fois à la tête du pays il en veut toujours plus…
        Une grosse partie de la population est extrêmement pauvre, et Chavez les a aidé certes, mais ces personnes-là ont de quoi manger pour ne pas mourir de faim mais ne peuvent pas subvenir à leurs besoins par elles-mêmes. L’état leur donne des aides, mais pas un travail ou de quoi être indépendant. Forcément, ces personnes-là vont voter pour Maduro…

        J’entends ce que tu me dis, mais je ne veux pas ‘creuser d’avantage’ parce que je ne suis pas une experte en politique et ne tiens absolument pas à le devenir ! Par contre je veux partager mes voyages, mes émotions, et mes découvertes. Je pense qu’effectivement il serait très enrichissant pour toi de te rendre au Venezuela mais je te le déconseille pour le moment.
        Si tu n’as pas de contacts sur place, c’est difficile. C’est clairement pas le pays où tu te ballades en sac à dos dans la rue et tu sympathises avec des inconnus sur le trottoir… Ou alors à tes risques et périls ! Si tu es entouré de locaux, ok, mais sinon oublies ! Et puis j’imagine que de partir en voyage organisé c’est pas ton truc… 😉

        Merci d’avoir partagé ton avis Aurélien et bonne journée à toi aussi.



      • NOEL Adrien sur 26 février 2016 à 5:22

        Opinion objective ??? opinion objective d’un touriste qui a passé 1 mois et demi au Vénézuéla !
        Si tu y vivais, peut-être aurais-tu une vision plus « objective » !!!
        J’y vis depuis 19 ans au Vénézuéla, je le connais très très bien.
        Je ne suis pas chaviste, ni « esqualido » (sans doute connais-tu ce terme ? celui par lequel désignait les opposants au régime de « El Comandante ».

        Ceux qui peuvent se permettre de voyager à l’étranger, à Buenos Aires ou à Panama, sont des étrangers, ou des « enchufados », (terme par lequel on nomme les « collés au régime », ou les nouveaux « boligarques » (de Bolivar et oligarques).
        Il serait bien de voyager un peu dans le pays, en bus avec son sac à dos, parler avec les gens du pays, vivre parmi eux, partager leur galère,… ailleurs que dans une famille qui peut se payer un petit voyage en Argentine ! … sans doute ton « objectivité » ne serait-elle pas la même !

        Désolé, mes mots peuvent peut-être te paraître un peu dur, mais franchement, quand on lit tes commentaire, ton opinion « objective », et qu’on vit la vraie réalité du pays, quand y vit, crois-moi, ça « fout les boules » comme on dit, plus de 80% de la population se sentirait insultée par une telle description « objective » !…

        Cordialement



  11. xim sur 25 février 2015 à 10:15

    • Amélie sur 26 février 2015 à 12:09

      Tu restes sans voix Xim??? 😉

  12. […] dans la presse internationale ces derniers mois à cause des tragiques évènements liés aux manifestations contre le gouvernement en début d’année […]

Laissez un commentaire





Connect!