Visiter une Favela au Brésil

la favela Santa Marta à Rio

VISITER UNE FAVELA AU BRÉSIL

Quand on parle de voyage au Brésil, on pense tout de suite à la samba, à la coupe du monde,
à la plage de Copacabana et aux favelas.

La favela au Brésil aujourd’hui

Une favela est un bidonville, un ensemble d’habitations de fortune insalubres situées sur des terrains occupés illégalement. La première apparaît à Rio en 1887. La favela se caractérise par le manque d’infrastructures, la pauvreté et le taux de criminalité élevé. L’exclusion sociale est la base du développement de l’économie parallèle et de nombreux trafics dans cette zone de non-droit. En revanche, la favela ne rime pas uniquement avec violence. Elle est le berceau de la culture populaire. On y danse la samba et c’est grâce aux favelas que se répand le forró et qu’explose la musique funk.

A ce jour, 30 favelas de Rio de Janeiro sont pacifiées. Seulement trente sur les quelques 1 020 favelas que compte la ville. En effet il y en a sur tous les flancs de collines. Certes le trafic de drogue n’a pas cessé dans les favelas pacifiées, mais les armes des narcotrafiquants ont presque disparu de la rue. Le nombre de morts violentes a baissé de 75 %, selon une étude réalisée auprès de treize UPP par l’équipe du Laboratoire d’analyse de la violence, dirigée par le sociologue Ignacio Cano. Cependant, ce ne sont pas les favelas les plus violentes qui sont pacifiées, mais celle qui sont le plus proche géographiquement des évènements sportifs à venir pour la Coupe du monde de 2014 et les Jeux Olympiques de 2016. La pacification laisse donc un goût amer à ces habitants car ce sont des évènements sportifs qui dictent la politique du pays et non la réalité de la criminalité…

Vivre dans une Favela à Rio de Janeiro

Pourquoi Visiter une Favela ?

Je dois vous avouer que j’ai longtemps réfléchi avant de me décider si je devais aller visiter une favela lors de mon voyage au Brésil. J’en ai visité une, non pas parce que je suis en manque d’adrénaline mais parce que pour moi, la favela représente autant le Brésil que ses belles plages. Ca fait partie de la culture et de la particularité du pays. Ca fait partie de son passé et de son présent. Et même si les autorités brésiliennes tentent de lisser l’image du pays pour la Coupe du Monde prochaine, je pense malheureusement que les favelas feront partie du futur du Brésil. Suite à la pacification de certaines favelas ces dernières années, des maisons d’hôtes et hôtels s’y installent petit à petit et les agences de voyage commencent à s’intéresser à ce nouveau «produit touristique». Voilà ce qui me gênait surtout : je ne voulais pas être une voyeuse, être la riche qui va voir comment vit un pauvre ! Car les favelas existent à cause d’une grande disparité entre les richesses. Je voulais visiter une favela mais surtout pas le faire au détriment de ses habitants ! Certes, la manière dont le gouvernement gère les favelas est discutable. Il camoufle, déplace, mais ne règle pas le problème à mon sens. Il est vrai que les narcotrafiquants ne sont plus dans les favelas pacifiées, mais ils n’ont pas disparus pour autant. Ils sont partis ailleurs. Le taux de criminalité a chuté, mais la misère est toujours présente. Cependant, ne pas y aller signifie qu’on renie cette facette du pays. Le Brésil est une terre de contrastes, il est donc intéressant de tout connaître. Visiter une favela est une manière de découvrir le Brésil plus en profondeur et de participer au développement de la communauté de la favela concernée.

la favela Santa Marta, au Brésil
favelas du Brésil
dans les rues d'une favela à Rio

Quelle favela visiter à Rio ?

Je vous conseille de vous rendre à la favela Santa Marta. Située à proximité de Botafogo, elle est très facile d’accès. C’est la première favela pacifiée et l’une des plus sûres à visiter. Le PPU (Unité de Police de Pacification) a été installée au sommet de la favela en 2008 et a changé le quotidien de la communauté depuis. Faites la visite de la favela avec un guide du Rio Top Tour program. Vous les trouverez facilement à l’entrée de la favela. Ne faites surtout pas la visite avec un tour opérateur ! Initiative lancée par le gouvernement en 2010, ce programme forme les habitants de la favela qui le souhaitent à devenir guides touristiques dans leur propre communauté. Ainsi ils peuvent partager leur histoire et promouvoir la culture de la favela et son mode de fonctionnement. Cela a permis de créer une structure touristique au sein même de la favela et au profit de la favela. Visiter une favela de cette manière permet donc de contribuer au développement social de la communauté et de participer à sa démarginalisation. Vous pouvez également acheter des cadeaux dans ses boutiques souvenir ou bien de quoi grignoter dans ses épiceries. Vous n’êtes donc pas un voyageur-voyeur mais un acteur du tourisme social ! ☺ En visitant la favela de Santa Marta, j’ai appris qu’une grande partie de ses habitants ont un travail mais ne peuvent pas se permettre de payer un logement dans la ville suite à l’explosion des prix du marché de l’immobilier à Rio. Dans une enquête publiée en janvier par l’institut Data Popular et la Central unica das favelas, 66 % des habitants appartiennent à la classe moyenne inférieure, celle où les revenus des familles oscillent entre 395 euros et 1 695 euros par mois. Acheter une maison dans la favela coûte 50 000 reals alors que la même maison en ville, aux pieds de la favela, vaut 500 000 reals. Il y a une véritable crise du logement à Rio !

Vous vous rendez à la favela de Santa Marta grâce au funiculaire récemment construit qui a également changé le quotidien de la communauté. De là-haut vous aurez une vue imprenable sur les plages de Rio, mais vous en êtes bien loin… Vous pouvez aussi voir une statue (horrible !) de Michael Jackson car il a enregistré une partie de son clip vidéo they dont really care about us dans la favela en 1996. Mais ce que j’ai préféré, c’est marcher dans les ruelles et me rendre compte que les habitants ont le sourire quand ils te voient. Ils te saluent facilement dans la rue et engagent la conversation sans problème dans le funiculaire. Une visite très agréable au final…

visiter une favela à Rio - Voyage au Brésil

Pour plus d’information, n’hésitez pas à lire cet article de Libération de 2011 sur la favela Santa Marta. Et si vous avez des envies d’ailleurs, lisez l’article sur le Venezuela.

14 commentaires

  1. Bill sur 16 août 2016 à 7:52

    et tu crois qu’un brésilien en france il visite les ZUP, les bidonvilles ou les zoos peut être ?

    • Ma Maison sur le Dos sur 17 août 2016 à 10:02

      Les zoos oui, les bidonviles en France, je les connais pas. Et peut-être qu’il peut se retrouver par hasard dans une ZUP…
      Chaque pays sa spécificité et son passé. Je sens une pointe d’ironie dans ton commentaire ! 🙂

  2. Few Miles Away sur 17 mars 2016 à 7:28

    C’est vrai que lorsqu’on dit Brésil on pense Copacabana, Pain de sucre mais aussi Favelas !
    Je pars à Rio dans moins d’un mois et je n’ai toujours pas réussi à prendre de décision : visiter une Favela ou non… Je ne sais pas si je me sentirais à l’aise de prendre des photos la-bas..
    Je pensais réserver un guide avant de partir mais suite à la lecture de ton article je pense que j’irais voir sur place à l’entrée de la Favela. Je prends note pour « Rio Top Tour »

    • Ma Maison sur le Dos sur 18 mars 2016 à 5:35

      Oui je comprends ton hésitation. J’étais pareille. Mais au final je suis contente de l’avoir fait de cette façon.
      J’ai pas pris beaucoup de photos effectivement, par contre je me suis sentie à l’aise à marcher dans les rues et croiser les gens qui y vivent. L’expérience est vraiment intéressante !!

  3. Ana sur 11 février 2016 à 8:14

    Hello! Je pars sur Rio en Avril et ton article m’a beaucoup éclairé concernant les favélas ! Juste une question, avais tu booké ta visite/ton guide avant d’arriver là haut ? Si oui comment et auprès de quel contact et si non, où aller à la sortie du funiculaire pour aller à la rencontre du guide ? Est on sur d’avoir un guide de dispo sans rien prévoir ? As tu le prix aussi du guide ?
    Merci d’avance
    Ana

    • Ma Maison sur le Dos sur 12 février 2016 à 1:35

      Salut Ana,

      Non j’avais rien booké, j’étais avec un pote brésilien !
      Si tu vas à la favela Santa Marta, il y a une assoc de guides qui t’attend en bas.
      Je connais pas les prix mais ils ont l’air top et puis c’est des jeunes de la favela donc tu fais du tourisme « social » en même temps.
      Je pense que tu peux y aller sans résa sans problème !!

      Bonnes vacances !
      Xx

      • Daniel sur 24 avril 2017 à 1:18

        Encouragé par la lecture de ton Blog sur la favela de Santa Marta, je m’y suis rendu en prenant soin de prendre un jeune guide de la favela. L’ expérience est certes intéressante car la vie dans une favela est foisonnante de contraste entre l’apparence de bric et de broc des façades et l’intérieur soigné de certaines habitations. Les regards et les sourires des habitants à notre passage ne nous ont pas fait apparaitre comme des intrus malvenus!



      • Ma Maison sur le Dos sur 26 avril 2017 à 12:28

        Je suis ravie que vous ayez tenté la visite et que vous en soyez sortis aussi charmés que moi. Merci pour ton retour d’expérience en tout cas ! 🙂



  4. […] l’huile de palme. Le rythme dans la ville est plus chaloupé, pas aussi effréné que celui de Rio. La musique est omni-présente, elle résonne depuis les fenêtres des maisons et se répand dans […]

  5. […] pouvez vous rendre dans une favela. Pour savoir où comment et pourquoi, je vous invite à lire mon article où j’en parle plus en […]

  6. […] se déhanchent. Si vous ne connaissez pas encore la funk brésilienne, cette danse née dans les favelas, il faut aller voir ça! Si vous connaissez aussi d’ailleurs !! Il y a des petits groupes de […]

  7. Alicia sur 6 décembre 2014 à 8:10

    J’ai dormi chez l’habitant dans la favela babylonia qui est pacifiée. J’ai beaucoup de mal avec le fait que certaines personnes viennent visiter une favela pour quelques heures en même temps je reconnais que c’est super intéressant de comprendre le mode de vie des habitants, comment ça fonctionne.
    Je te conseille la prochaine fois de louer chez l’habitant et de découvrir par toi-même grâce aux témoignages des gens que tu vas forcément rencontrer dans la favela… Ce fut le séjour qui m’a le plus marqué !!

    • Amélie sur 6 décembre 2014 à 9:16

      Je comprends ton point de vue Alicia.
      En revanche, quelques heures dans une favela, ça reste quand même mieux que rien du tout… Surtout en passant via cet organisme qui permet aux jeunes des favelas d’avoir une formation de guide touristique et de travailler chez eux pour leur communauté!
      Merci du conseil en tout cas! 🙂

  8. Coupe du Monde 2014: Voyager au Brésil sur 11 juillet 2014 à 6:54

    […] Si vous allez à Rio de Janeiro, pourquoi ne pas visiter une favela? […]

Laissez un commentaire





Connect!