Powered by ZigaForm version 4.0 Skip to content
Trekking en Amazonie - dormir dans la jungle

Dormir dans la forêt amazonienne
Trekking d’Immersion

L' Amazonie... Ce voyage restera probablement l’une des expériences les plus folles de ma vie.
Des dizaines de kilomètres parcourus dans la forêt la plus mystérieuse du monde, un gros challenge physique et comme une envie d’embrasser les arbres après tout ça…

Trekking d’immersion en Amazonie

Arrivée en retard à Leticia, j’ai finalement passé la première nuit chez Marta, la dirigeante de l’auberge de jeunesse où je devais dormir, et ce fût de suite une immersion à la richesse de l’Amazonie. Je me suis retrouvée dans une cabane dans son jardin, avec les bruits des animaux qui m’ont enveloppé pendant toute la nuit. Je me suis endormie avec le sourire…

Le lendemain matin j’ai découvert son jardin enchanté. C’était fou, je regardais un fruit quand un papillon aux ailes transparentes passa devant moi, déviant mon regard et me faisant remarquer un colibri sur l’arbre derrière… Mes yeux encore endormis n’y croyaient pas.  Marta m’a dit qu’elle avait acheté cette maison-là car il y avait un arbre qui lui plaisait sur la propriété. Qu’est-ce que c’est beau ! En 6 ans elle a rempli son jardin de plantes médicinales. Après avoir senti et gouté tout un tas de feuilles, la Jeep arrive et nous partons direction Km14, le dernier chemin de terre le plus proche de l’Amazonie. Et voici le début de l’aventure !

On enfile les bottes en caoutchouc, on charge les sacs à dos sur nos épaules et on commence à marcher dans la forêt, accompagnés d’un guide colombien et d’un guide indigène. Nous sommes uniquement 2 voyageurs donc c’est parfait ! Après quelques dizaines de minutes de marche, on fait une pause pour mettre de la coca dans le creux de nos joues. Pas facile cette histoire ! Premier fou rire aussi parce que la poudre de la coca nous fait tousser. La coca est un coupe faim et permet de booster l’énergie. Tout ce dont on a besoin parce qu’on se prépare quand même pour 3 jours de marche non-stop avec toutes nos affaires dans nos sacs à dos. Après quelques minutes passées à nous habituer à cette poudre verte, nous suivons notre guide indigène, Don Abelino, qui dégaine sa machette pour nous frayer un chemin entre les arbres. Il a décidé de ne pas suivre le sentier mais plutôt de s’enfoncer dans la forêt primaire pour nous permettre de la découvrir plus en profondeur. C’est assez fou et vraiment physique. Je me demande comment il fait pour ne pas se perdre. La végétation est tellement dense…

Dormir dans la jungle

Le rythme de marche est soutenu et l’humidité de l’air te rappelle que ton corps est majoritairement composé d’eau, vu tout ce que tu transpires. Sur le chemin, on parle de plantes médicinales, on se balance sur des lianes géantes, on traverse des cours d’eau à l’aide de troncs d’arbres tombés au sol et on écoute les histoires fabuleuses de Don Abelino. Au moment du déjeuner, on trouve une grande feuille de palmier qu’on met au sol en guise de table. On ne consomme que des aliments que les animaux de la forêt peuvent eux-mêmes manger (du poisson, des fruits, etc…). Et en fin d’après-midi, on commence à construire notre campement. Des bouts de bois plantés au sol pour pouvoir accrocher hamac, moustiquaire et sac à dos. Et l’heure du bain dans la rivière a sonné. Pas très accueillant au premier coup d’œil car l’eau est marron foncé mais ce fût au final le meilleur moment de la journée. Et pas besoin de savon, on peut utiliser l’argile qu’il y a au sol pour se rafraîchir ! Par contre il faut vraiment écouter les instructions des guides et ne pas s’aventurer près de végétations dans la rivière. C’est intéressant aussi quand tu dois aller au petit coin : tu peux y aller sans aucun problème, mais prend un bâton et ne va pas trop loin quand même…

trekking en Amazonie
dormir en hamac dans la forêt - Amazonie

Après un dîner au coin du feu, en plein milieu de cette forêt épaisse et obscure, je me pelotonne dans mon hamac et j’entends l’autre voyageur qui dit « C’est marrant, je vois 2 points rouges là-bas, qu’est-ce que c’est ? ». Le guide lui répond « ce sont les yeux d’un caïman dans la rivière ». La rivière se trouve à 7m de nos hamacs… Mais je ferme les yeux et tombe de sommeil.

Regarde cet arbre et souviens-toi de lui !

C’est marrant, je savais avant de partir que ce trekking en Amazonie n’allait pas être des plus confortables, mais au final ça ne m’a pas du tout dérangé. Au contraire je pense que ça m’a aidé à sortir de ma zone de confort et à apprécier encore plus le moment présent. Je n’ai jamais eu peur non plus, pas même quand on a fait la marche nocturne, ou quand je me suis assise à côté d’une grosse tarentule sur un tronc d’arbre. D’ailleurs quand j’ai entendu qu’il y avait un caïman à quelques mètres de nous la première nuit, je me suis dit que c’était cool et j’ai très bien dormi ! Je trouvais que tout était si naturel, peut-être que cela est dû aussi à mon expérience lors de ma cérémonie d’Ayahuasca en Équateur, mais je me disais que les animaux potentiellement dangereux n’avaient pas besoin de moi pour manger et qu’en tout cas ils ne m’avaient pas attendu pour vivre !

tomber amoureuse des différentes variétés d'arbres

Découvres
12 astuces qui
vont te donner
le courage
& la confiance nécessaire pour
partir à l'aventure.

Découvres 12 astuces qui vont te donner
le courage & la confiance nécessaire
pour partir à l'aventure.

Le bruit de la forêt amazonienne est incroyable. C’est un buzz permanent et puissant, un mélange de bruits de criquets, d’oiseaux, de singes, et sûrement plein d’autres animaux encore. C’est encore plus fort la nuit. C’est un bruit que je ne connaissais pas mais qui me paraissait pourtant familier ; avec des vagues d’intensités différentes, comme le bruit des vagues, comme le battement d’un cœur.

Après m’être rendue compte de cela, les racines couleur rouge vif entremêlées au sol m’ont paru encore plus incroyables et pleines de sens. Et tout ce que je ressentais était connecté : l’odeur de la forêt, le sol mou (à cause de la décomposition des matériaux) qui devient presque doux. Que cette forêt est pleine de vie !

La promenade de nuit nous a permis de voir beaucoup d’insectes et de tarentules, et même quelques feuilles fluorescentes. De jour, nous avons vu des singes, des papillons, nous avons entendu un tapir et vu l’empreinte d’un félin au sol. Comme je le disais dans l’article sur Leticia, c’est difficile de prévoir quel genre d’animaux on peut voir car la forêt est tellement grande et dense, qu’on est chez eux et qu’ils connaissent très bien les lieux, surtout qu’on fait beaucoup de bruit sans s’en rendre compte. ^^

les trésors de l'Amazonie

Les yeux d’un félin et le rire d’un enfant

Ce trekking en Amazonie a été magique grâce à Don Abelino.

Abelino fait partie de l’ethnie Bora, il a 80ans, ou 74, je ne sais plus trop car cet homme a eu plusieurs vies. Il s’est perdu dans la jungle quand il était adolescent, s’est caché dans un arbre pendant toute une nuit pour éviter de se faire manger par des jaguars, a été enrôlé de force dans un groupe paramilitaire péruvien, a finalement réussi à s’échapper, bref c’est un surhomme ! Il marche deux fois plus vite que moi, ne fait jamais de pauses car « ses muscles se refroidissent », il sait comment fabriquer un sac à dos avec des feuilles de palmiers et connait toutes les plantes médicinales. L’autre personne avec qui j’ai voyagé boitait le deuxième jour à cause d’une blessure à la hanche (et du rythme de marche qui était balèze) ; Don Abelino est parti chercher une feuille en particulier, a fait une concoction, un petit massage, et hop ! Le lendemain le mal à la hanche avait disparu ! Assez fou quand même…  Abelino dit qu’il est resté jeune car il a passé toute son enfance dehors dans la forêt (note à moi-même : vivre près d’une forêt si je décide d’avoir des enfants un jour).

Abelino-mon-héros, cet homme sans âge qui a toujours un rire d’enfant, les yeux qui brillent d’une couleur marron-miel, est le premier à se lancer dans le vide quand il voit une liane ou à monter en quelques secondes au sommet d’un abri pour chasser dans les arbres. Quand il raconte sa vie, la chronologie n’est pas toujours linéaire, ce qui a été un peu difficile pour moi au début avec mon esprit très cartésien. Ses histoires personnelles et les mythes et récits collectifs de la communauté se croisent, mais au final, ça fait du bien de de laisser embarquer par la magie de tout ce qu’il dit.

fabriquer un sac à dos en feuilles de palmiers
une des dizaines de chenilles qu'on a pu voir

Un challenge physique

Un trekking en Amazonie est un vrai défi, aussi bien physiquement que moralement. Le trekking d’immersion que j’ai fait a duré 3 jours et 2 nuits, soit 70km de marche en pleine jungle. Cela veut dire que vous allez avoir mal aux pieds, que vous allez transpirer comme jamais ou être trempé à cause de la pluie, que vous oubliez le dentifrice et le gel douche pendant quelques jours. Rien que dormir en hamac peut être une aventure en soit.

Moi j’ai adoré cela. Je trouve que c’est pendant/après un exercice physique intense que j’arrive à mettre de l'ordre dans mes idées et à penser clairement. Mais ce n’est pas une expérience faite pour tout le monde, et c’est ok ! Mieux vaut connaître ses limites avant de partir plutôt que de passer un mauvais moment et d’ennuyer tout le monde.

Si ton objectif avec ce voyage est de voir des animaux, je te conseille de partir le plus longtemps possible et avec le moins de personnes possible pour éviter d’être bruyants. Il faut une expédition d’au moins 4 jours et 3 nuits pour s’enfoncer plus dans la jungle.

jouer à cache-cache en forêt amazonienne

À prendre dans ton sac à dos pendant ce trekking en Amazonie

Premièrement il vous faut un bon sac à dos, bien confortable car c’est vous qui allez le porter pendant 70 kms. Ensuite, emmenez uniquement le strict minimum car il vous faudra un peu de place libre pour pouvoir ajouter votre hamac que le guide vous donnera et votre paire de baskets car vous serez en bottes tout le temps. Pas besoin d’amener de savon ou de dentifrice car l’idée est de ne pas contaminer la forêt mais de l’observer. Par contre, pensez à amener une gourde pour pouvoir la remplir d’eau directement depuis les cours d’eau dans la jungle, des chaussettes de footballeur bien hautes et bien épaisses (au moins 3 paires car cela vous évitera les ampoules aux pieds à cause des bottes), et un k-way car il va pleuvoir pendant votre séjour. Vous allez beaucoup transpirer, donc amener 2 ou 3 tenues de rechange, légères avec des manches longues et des couleurs claires pour éviter de vous faire dévorer par les moustiques. Privilégiez les produits bios bien évidement. J’ai eu de la chance car je ne me suis presque pas fait piquer par les moustiques et ça m’arrangeais parce que comme ça je n’ai quasiment pas utilisé d’anti-moustique. Pensez aussi que vous allez dormir dehors, et que même si vous transpirez la journée, il fait assez froid pendant la nuit (peut-être à cause de l’humidité, ou parce que je suis une frileuse…). Ramenez donc un sac de couchage ; vous l’apprécierez. Il vous faut aussi une lampe frontale pour pouvoir continuer à vivre après le coucher du soleil à 18h. Et pour les filles, amenez 2 brassières car vous allez vous laver tous ensemble et le vêtement mouillé ne séchera jamais pendant votre séjour, même si vous le mettez au-dessus du feu.

Très important aussi, il vous faut le vaccin contre la fièvre jaune obligatoirement. Prenez aussi une assurance voyage spéciale car c’est physique et vous êtes au milieu de nulle part. C’est très facile de tomber dans une rivière en traversant un arbre tombé (mieux vaut d’ailleurs ne pas avoir le vertige), de se fouler la cheville, etc. Si vous tombez, l’ambulance ne va pas venir vous chercher ! Vous êtes à 12h de marche, donc ce n’est pas fun.

Pour faire un voyage eco-ethno touristique en Amazonie

Je vous mets en contact direct avec Marine, la guide francophone qui a organisé mon séjour. Installée à Leticia depuis plusieurs années, elle est passionnée par l'Amazonie. Elle se fera donc un plaisir de vous renseigner et de vous proposer un tour sur-mesure.

Au cas où vous n’en aviez pas encore conscience, l’Amazonie est précieuse. Elle a besoin qu’on la protège. Dépenser son argent pour la visiter avec une agence de tourisme durable va vous permettre de l’aider et surtout de la connaître. Peu importent toutes les informations que vous pouvez lire en ligne, l’Amazonie se vit avant tout !

Après ces 3 jours de trekking intense, je suis retournée à Leticia, et malheureusement pour moi qui ait le sommeil léger, c’était un samedi soir, donc ça veut dire rumba dans n’importe quel recoin de la Colombie. D’habitude c’est quelque chose qui m’aurait énervé au plus haut point. Mais en revenant tout juste de la jungle, je me suis concentrée et j’ai réussi à retrouver le bruit de la jungle. Ça a recouvert le son des enceintes dans ma tête et je me suis endormie en quelques secondes…

Publié le

1 novembre 2019

Les photos de cet article ont été prise avec mon téléphone car je ne voulais pas abîmer mon appareil photo avec l'humidité et j'était trop occupée à profiter de ce voyage. Elles sont donc de moins bonne qualité, mais l'idée est d'aiguiser votre curiosité pour vous permettre d'aller visiter ce paradis par vous-mêmes.

Laissez un commentaire





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll To Top